Votre navigateur n'accepte pas les coockies
Accueil

Écoconception

1-Processus de conception

L’écoconception est une démarche de développement d’un produit (bien ou service) qui consiste à intégrer la protection de l’environnement dès la phase de conception, tout en conservant ses fonctionnalités et ses performances, afin d’en diminuer les impacts tout au long de son cycle de vie (de l’extraction des matières premières jusqu’à la fin de vie)

Elle ajoute ainsi la dimension environnementale aux côtés des critères fondamentaux que sont :

schéma de l’écoconception

Les concepts de l’écoconception ont été posés au niveau international, en 2002, avec la parution de la norme ISO/TR 14062. Celle-ci précise que l’écoconception vise à « intégrer des aspects environnementaux dans la conception et le développement de produits ».

Dès 1998, la France, notamment par l’intermédiaire de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), a contribuer à la rédaction de cette norme.

Plus de détails dans le guide de l’écoconception des produits et services : http://ecoconception.oree.org

1.a-Attente du client

Le schéma suivant explique l’évolution de l’acte d’achat d’un produit depuis l’avênement de la production de masse.

Le client achète un produit pour :

historique de l’attente des clients

Toute conception démarre à partir de l’expression d’un BESOIN.

Pour ce faire, il faut imaginer le produit dans son domaine d’utilisation en interaction avec le client. On compare les fonctions attendues par le client avec ceux réalisées par le produit fini.

L’écart entre ces deux aspects est source de non conformité (ou défaillance)

schéma de défaillance non conformité

1.b-Faisabilité technique

Dans son approche d’analyse systémique, l’écoconception doit tenir compte des moyens techniques mis en oeuvre pour aboutir au produit final. Ceci permettra notamment d’avoir une vision sur la capacité propre à produire le produit souhaité. Si cela n’est pas le cas, il faudra soit investir, soit sous-traiter.

schéma de faisabilité technique

1.c-Maîtrise des coûts

Les coûts sont induits dès la phase de conception.

schéma de la maîtrise des coûts

1.d-Environnement

La prise en compte de l’environnement s’est d’abord limitée à des mesures curatives. Typiquement, chaque fois qu’un impact environnemental était constaté (et pour peu que la réglementation y poussait), on mettait en place un système destiné à le traiter.

Exemple : Les eaux polluées par les rejets d’une entreprise ou d’une collectivité sont traitées dans une station d’épuration.

Progressivement, l’accent a été mis sur des mesures préventives, de sorte qu’indépendamment du cadre législatif ou réglementaire, des solutions technologiques et des mesures organisationnelles sont mises en place dès qu’un impact environnemental est constaté.

Exemple : Pour réduire les pluies acides, on doit réduire les émissions de dioxyde soufre et donc installer des filtres adéquats, et on mesure ses émissions (mise en place d’indicateurs).

Fortes de cette expérience, les "entreprises" se sont ensuite aperçues que l’environnement était une composante à part entière de leur développement stratégique, dès lors qu’elles s’engageaient dans des démarches volontaires de management environnemental.

Évidemment, les entreprises qui ont mis en place un SME se sont intéressées prioritairement aux impacts générés par leurs activités. On parle d’approche organisme ou d’approche site, un site fabriquant généralement plusieurs produits.

L’approche produit, qui consiste à intégrer l’ensemble du cycle de vie d’un produit dans la réflexion est en fait une approche complémentaire, de sorte que les deux approches sont en fait deux visions d’une politique de développement durable.

schéma du cycle de vie

Impacts environnementaux

Pollution des sols

Pollution de l’eau

Pollution de l’air

Utilisation des ressources

Exemples d’unités

2-Écoconception

Il n’existe pas d’outil universel de l’éco-conception, mais il existe de nombreuses méthodes et autant d’outils.

2.a-Objectif de l’écoconception

L’écoconception a pour objectif de réduire les impacts environnementaux des produits tout au long de leur cycle de vie : extraction des matières premières, production, distribution, utilisation et fin de vie.

Environ 80% des coûts engendrés par un produit sur l’ensemble de son cycle de vie sont inhérents aux choix faits lors de la phase de conception et idem pour les impacts environnementaux. La phase de conception représentant moins de 10% des coûts totaux de développement des produits, il est pertinent d’intégrer l’environnement dès la phase de conception d’un produit. Ainsi, une bonne maîtrise des impacts dès la conception peut réduire sensiblement les coûts sans augmenter le "coût global du produit".

L’écoconception se caractérise par une vision globale de ces impacts environnementaux basée sur une approche préventive des problèmes d’environnement.

Elle est centrée sur le produit et se caractérise par une démarche :

  1. multi-étapes (prenant en compte les diverses étapes du cycle de vie)
  2. multi-critères (prenant en compte les consommations de matière et d’énergie, les rejets dans les milieux naturels, les effets sur le climat et la biodiversité).
  3. multi-acteurs (État, organismes non gouvernementaux, région, collectivité locale, entreprise, salarié, consommateurs,...)

Le produit doit être considéré comme un système « multi-composants ». Pour un objet, on considère l’objet lui-même, les différents emballages utilisés, les consommables nécessaires à son fonctionnement, les pièces de rechange, et les éléments de promotion et de communication (courriers, publicité, etc.).

L’écoconception est une démarche qui peut être appliquée dans tous les secteurs de l’économie. Elle est aujourd’hui mise en oeuvre à des degrés divers et avec une grande variété d’outils dans de très nombreux secteurs comme l’électronique, l’automobile, l’aéronautique, les produits d’équipement (électro-ménager, ameublement, éclairage, décoration…) et la plupart des produits de grande consommation (alimentaire, produits d’entretien, hygiène, beauté, etc).

Dans le cas d’une boucle ouverte, le cycle de vie est appelé "du berceau au tombeau" (craddle to grave). Dans le cas d’une boucle fermée formant un cercle vertueux, on parle de démarche craddle to craddle.

2.b- Qu’est-ce qu’un produit écoconçu ? Quelles sont les conditions d’utilisation du terme « produit écoconçu » ?

L’écoconception étant une démarche d’amélioration continue, le terme "écoconçu" ne permet pas de savoir quel est le niveau d’excellence environnementale atteint par un produit, contrairement à un produit portant l’écolabel européen.

Les conditions d’utilisation du terme « écoconçu » ont été définies dans le « Guide pratique des allégations environnementales à l’usage des professionnels et des consommateurs » publié par le Conseil national de la consommation (CNC).

Quand elle utilise le terme « produit écoconçu », l’entreprise doit être en mesure de « fournir des éléments pertinents, significatifs, vérifiables et concrets démontrant qu’elle a mis en place une démarche d’écoconception ».

Les informations que l’on doit trouver sur le produit où est apposée cette mention sont :

2.c-Développement durable

L’écoconception s’inscrit ainsi dans une démarche globale de développement durable.

Le développement durable est une traduction française, en partie erronée, de "sustainable development" (développement soutenable). La définition la plus couramment admise est celle apparaissant dans le rapport Brundtland en 1987 :

Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins.

Cette publication de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’Organisation des Nations unies servira de base au sommet de Rio en 1992.

Le schéma ci-dessous illustre le concept de développement durable.

schéma de développement durable

Le développement durable est moins une définition qu’une déclaration d’intention. Derrière ce concept abstrait se trouvent trois notions fondamentales :

Le développement durable est donc une conception de l’intérêt public appliquée à trois critères fondamentaux :

  1. la croissance économique

Il s’agit de développer la croissance et l’efficacité économiques pour favoriser la création de richesses pour tous à travers des modes de production et de consommation durables. Le pilier économique repose notamment sur :

  1. l’environnement global (c’est-à-dire considéré à l’échelle planétaire)

Il s’agit de préserver, améliorer et valoriser l’environnement et les ressources naturelles sur le long terme. Le pilier environnemental repose notamment sur :

  1. les enjeux sociaux (sociétaux) d’une planète globalisée

Il s’agit de satisfaire les besoins humains (en matière de santé, logement, consommation, éducation…) et répondre à un objectif d’équité sociale. Le pilier social repose notamment sur :

En anglais les trois Piliers du développement durable sont couramment appelés les trois P : Profit, People, Planet.

Pour aller plus loin : Formation au concept de développement durable

Le développement durable comme outil de management

Les enjeux du développement durable sont déclinés en objectifs stratégiques et opérationnels, tant au niveau des états par exemple, qu’au niveau des entreprises. Ainsi, de projet politique le développement durable est peu à peu devenu un projet managérial, souvent mis en œuvre avec par le déploiement de normes volontaires telles que :

Quelques dates à retenir ...

L’« aventure » du développement durable commence réellement en 1972 avec la création du club de Rome, la naissance du concept d’éco-développement et la tenue du premier sommet de la terre. Un autre point fort est évidemment la publication du rapport Brundtland sur le développement durable. Le sommet de Rio est un événement majeur qui est la source de nombreux documents de base en matière de développement durable. Est venue ensuite la signature du protocole de Kyoto sur les changements climatiques, et beaucoup plus tard sa ratification. L’après Kyoto est en train de s’écrire, avec un point fort au sommet « Rio+20 »

Pour aller plus loin : Approche générale du Développement Durable, construction socio-historique

2.d-Le cadre juridique de l’éco-conception

Le champ d’application de l’éco-conception est régi par:

3 directives européennes

– Les normes ISO dans le cadre de l’approche « site »

– les normes ISO dans le cadre de l’approche « produit »

Pour aller plus loin : Panorama des initiatives françaises dans le domaine de l’écoconception

2.e-Enjeux pour l’entreprise

L’éco-conception a pour objectif principal de réduire les impacts qu’un produit génère à toutes les étapes de son cycle de vie.

Mais cette réduction d’impacts ne doit pas se faire aux dépends de la qualité d’usage (besoins et fonctions) du produit considéré, d’où la nécessité de la connaître, de la préciser, et de la redéfinir le cas échéant.

Cette démarche est innovante et efficace dès lors qu’il s’agit de concevoir ou de reconcevoir des produits dans une démarche d’éco-conception.

Pour une entreprise il s’agit donc de :

L’économie de la fonctionnalité est un concept du développement durable et de l’économie consistant à vendre un service ou l’usage d’un bien plutôt que le bien lui même.

Enjeux de l’écoconception pour l’entreprise

2.f-Principe

Il semble cependant que tous les outils doivent aborder quatre principes fondamentaux :

2.g-Méthodologie

Basée sur outil dérivé de la roue de stratégie, plus ou moins complexe et détaillée, elle permet de mettre en place certains principes élémentaires en matière d’éco-conception :

Approche produit et norme ISO 14062

L’écoconception n’est pas une nouvelle méthode de conception, mais l’intégration de l’environnement dans les méthodes classiques de conception.

L’ISO 14062 est le standard normatif de l’éco-conception : cette norme décrit les concepts et les pratiques ayant trait à l’intégration des aspects environnementaux dans la conception et le développement de produits ou services. Cette norme est principalement destinée aux concepteurs et développeurs de produits. Elle énonce les principes de base pour prendre en compte l’environnement lors de la phase de conception de produits.

L’idée générale, reprise dans cette norme est de mettre en place un processus basé sur :

La méthode repose sur plusieurs étapes.

Méthode de l’écoconception

Planification

Conception préliminaire

Conception détaillée

Essais, prototype

Production, lancement sur le marché

Revue du produit

3-Analyse carbone

Exercice 1 et Manuel utilisateur du tableur analyse carbone