Gestion physiques des stocks (10mn)

1. Entrepôt ou plate-forme ?

Quand on parle de gestion physique des stocks, on parle d’entrepôt, de plate-forme et de magasin de stockage. On peut distinguer :

La distinction n’est cependant pas toujours évidente car beaucoup utilisent les deux termes. Dans un certain nombre de cas, la situation est mixte : un entrepôt peut stocker une partie des composants nécessaire à la production et en recevoir d’autres en juste–à-temps avec un minimum de stock voire pas de stock du tout.

2. Le cross-docking

Cross Docking (ou Cross Dock)
Le cross docking est un mode d‘organisation des flux logistiques qui permet une préparation des commandes pour une expédition immédiate des marchandises dès leur livraison sans qu’elles ne soient stockées dans l’entrepôt.
méthode cross docking

Cette méthode est particulièrement intéressante lorsque le niveau d’activité de l’entrepôt est élevé. Il permet en effet d’optimiser la manutention et l’entreposage des marchandises dans l’entrepôt grâce à de fréquentes livraisons de marchandises.

Les colis sont regroupés par commande sur une plate-forme où ils ne font que transiter. Ils passent donc du transport amont au transport aval dans un délai très court.

Grâce au temps économisé en se passant du stockage, cette méthode de préparation des commandes est donc particulièrement utile pour traiter les commandes à priorité élevée, ce qui peut être le cas de produits tels que les produits frais, la presse quotidienne, les produits évènementiels, etc.

Elle nécessite cependant une organisation pointue avec le respect d’un ordonnancement des tâches de réception, expédition très précis. De même au niveau du système d’informations, il convient de s‘assurer que cette opération est possible à traiter.

2.a. Types de cross-docking

On peut distinguer trois types de cross-docking :

2.b. Avantages

  • Réduction des stocks. Les colis ne font que transiter sur les quais de la plate-forme et passent donc du transport d‘approvisionnement "amont" (quai des arrivées des marchandises) au transport terminal "aval" (quai des départs des marchandises).
  • Suppression d’un certain nombre d’opérations de manutention. Aucune opération de "préparation" (au sens traditionnel du mot) ne s‘y déroule : La marchandise est déjà préparée, conditionnée et identifiée en vue d‘une livraison en l‘état au client concerné.
  • Diminution des coûts (grâce aux deux avantages précédents). Absence de frais intermédiaires de stockage ou d‘entreposage.
  • Les colis en souffrance (arrivés et non expédiés) correspondent à des erreurs facilement détectables que l‘on peut retraiter sans délai.
  • Augmentation de la réactivité (les produits ne restent généralement pas plus de 24 heures sur la plate-forme logistique) : pour des produits frais, augmentation de leur durée de vie dans les linéaires grâce au gain de temps.
  • Optimisation des transport en amont pour un meilleur taux de remplissage.

2.c. Inconvénients

3. Les fonctions de la gestion de l’entrepôt

La gestion de l’entrepôt est au « service » de la gestion des stocks. Elle remplit les fonctions suivantes :

Les fonctions de la gestion de l‘entrepôt

 

Tous les entrepôts ne remplissent pas toutes ces fonctions, cela correspond à l’idéal.

Un entrepôt bien géré remplit généralement toutes ces fonctions.

Importance de la synchronisation entre les entrées et les sorties :

La validation des réceptions des produits et leur mise en place juste un peu après peut créer des désynchronisations importantes.

Par exemple un camion arrive à 8 heures, il est déchargé et contrôlé à 8h40 (les palettes sont affectées à des emplacements de stockage pour certains produits, de picking pour d‘autres). Si la réception est validée, mais que les caristes tardent dans leur mise en place, le préparateur arrive devant un emplacement vide.